Des supports pour prévenir la pédocriminalité

Les dégâts causés par la pédocriminalité sont tels qu’il faut absolument agir avant que le mal soit fait. Notre objectif : mettre en ligne des supports d’actions de prévention.
Supports gratuits, téléchargement libre.
Seule demande de notre part : faites-nous part de vos avis, réactions et idées d’amélioration. 

Colloque « Les abus sexuels chez l’enfant. Ecouter, enquêter, juger, prévenir » ( 17-18 juin 2021)

Les abus sexuels, de pouvoir, d’emprise sur un mineur ou une personne vulnérable ont souvent des conséquences dramatiques, surtout si la parole n’a pas été possible dans l’immédiat. Trop peu dénoncés, ils ne sont pas assez dépistés et surtout très mal pris en charge. Leur reconnaissance précoce n’est certes pas toujours facile, malgré une vigilance accrue dans ce domaine. Une étude anglaise récente a montré que seul un cas sur huit était signalé aux autorités ! Le dépistage et la prévention sont d’autant plus difficiles que les mécanismes de passage à l’acte de l’auteur des abus sont complexes. Après avoir abordé la place de l’enfant victime en mars 2020, les présentes journées se concentrent sur les approches juridiques dans le cadre de l’Église et de la justice civile.

Informations : du 17 au 18 juin à Strasbourg

Inscriptions ethique.unistra.fr/journees-internationales-detudes/

Parler à quelqu’un de confiance

Le Conseil de l’Europe a publié cette vidéo contre la pédophilie en 2015 à l’occasion de la toute première journée d’action européenne pour mettre fin aux abus sexuels sur enfants. Le Conseil de l’Europe destine cette vidéo à des enfants pour les encourager à se confier s’ils ont été victimes d’abus sexuels.

Les objectifs du Conseil de l’Europe : Le Conseil de l’Europe a appelé les 47 Etats membres de son organisation « à sensibiliser la population au phénomène des abus sexuels et de l’exploitation sexuelle des enfants ». Selon les estimations citées par le Conseil de l’Europe, un enfant de moins de 18 ans sur cinq est victime de violences sexuelles. Dans 70 à 85% des cas, l’auteur de ces violences est une personne que l’enfant connaît et qui fait partie de son « cercle de confiance ». 90% des abus sexuels ne sont pas signalés à la police.

Le Conseil de l’Europe est très en pointe sur ce sujet puisqu’il est à l’origine de la Convention de Lanzarote sur la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle et les abus sexuels. Celle-ci engage les gouvernements à lutter contre toutes les formes possibles d’infractions sexuelles commises sur des enfants. Elle encourage également à protéger les victimes et à poursuivre en justice les auteurs d’infractions. A ce jour, 39 Etats membres du Conseil de l’Europe ont ratifié cette convention.

Que raconte cette vidéo ?

C’est un petit film d’animation qui dénonce la pédophilie du point de vue d’une petite fille victime.

Le dessin animé met en scène une fillette et son frère victimes d’abus sexuels commis par un ami de la famille. La fillette finit par se confier à sa maîtresse d’école.

Quels messages véhicule cette vidéo ?

• La faute est toujours du côté de l’agresseur.

• Il faut parler à une personne de confiance.

Livret « Stop aux violences sexuelles »

Parce que des milliers d’enfants sont victimes de violences sexuelles chaque année en France. Selon le dernier rapport de l’ONPE (Observatoire National de la Protection de l’Enfance), les forces de sécurité ont enregistré 19 700 plaintes de mineurs victimes de violences sexuelles, dont 7 000 viols. Cela concerne tous les milieux sociaux. 78 % des victimes ayant porté plainte sont des filles. 80 % des violences sexuelles faites aux moins de 10 ans sont commises par des proches, et 3 fois sur 10 dans la sphère familiale.

Mais beaucoup d’enfants ont peur et se taisent. Seuls 10 % des faits de violence sexuelle sur mineurs font l’objet d’une plainte. Il y aurait en réalité, chaque année, 200 000 mineurs victimes de violences sexuelles.

STOP aux violences sexuelles faites aux enfants

Pourquoi ces vidéos ?

Les trois vidéos préviennent l’enfant que toutes les personnes adultes ne sont pas gentilles et qu’il faut parler dès que quelque chose est « anormal » ou me met « mal à l’aise ». Tous les parents ont expérimenté que dire à son enfant qu’un comportement est « anormal » plonge tout le monde dans une grande perplexité à commencer par l’enfant lui-même. Alors, comme souvent, le mieux est de raconter une histoire pour illustrer le propos. Un exemple, un conte, une histoire valent mieux que tous les développements conceptuels qui échappent globalement à l’enfant.

Qui sont les auteures de ces vidéos ?

Delphine SAULIERE

Delphine est journaliste de formation. Elle est actuellement Rédactrice en chef des magazines « Mes premiers J’aime lire » et « J’aime lire ». Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages à Bayard Éditions Jeunesse dont Le petit livre « Stop aux violences sexuelles ».

Gwénaëlle BOULET

Journaliste à Pomme d’Api et à Phosphore avant de devenir rédactrice en chef du magazine Astrapi. Elle écrit aussi des albums et des romans pour enfants. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages jeunesse dont : Je me débrouille tout seul ! ; J’ai confiance en moi ! Le petit livre pour dire stop aux violence sexuelles et plus récemment L’impeccable toutou d’Hubert Falabrak.

 

Un Tonton pas si gentil 

Cette vidéo s’appuie sur le fait que 80% des agressions sexuelles et viols sur enfant sont commis par des proches et des membres de sa propre famille : père, mère, oncle, frère, grand-père, voisin…etc.

L’idée principale n’est pas de rendre l’enfant méfiant de tout le monde mais de lui montrer que certaines situations sont « anormales ». En l’occurrence, dans cette vidéo, le Tonton met la main sous la jupe de sa nièce pour lui toucher le sexe. Le tout dans un contexte apparemment sécurisé : la Maman pousse même la fillette à aller faire une course avec son oncle. Celui-ci parle de « petit secret », de mettre sa main au chaud…

 

Pour préparer le visionnage de cette vidéo avec un ou plusieurs enfants :

  • Bien regarder la vidéo vous-même, plusieurs fois si nécessaire pour l’avoir bien en tête.
  • Préparer les messages que vous voulez faire passer en vous appuyant sur la vidéo :
    • Personne n’a le droit de te toucher le zizi ou la zézette, les fesses… Par exemple, tu fais ta toilette toute seule
    • Si quelqu’un ose te le proposer ou le fait, tu dois le dire, te défendre, empêcher ça, dénoncer, m’en parler, en parler à ta maîtresse…
    • Le but est de prévenir l’enfant et non de l’effrayer. Cela demande d’avoir préparé la séance pour ne pas être soi-même envahi par ses propres inquiétudes.
  • Visionner la vidéo avec l’enfant puis reprendre certains aspects avec lui :
    • Qu’est-ce que tu penses de ce qui s’est passé ?
    • Est-ce que c’est bien ou normal ce que fait l’oncle ?
    • La petite fille peut-elle faire quelque chose ?
    • Et toi, si ça arrive, qu’est-ce que tu fais ?

Hugo se fait piéger sur Internet

Cette vidéo veut alerter sur un nouveau danger pour nos enfants sur Internet : des pédophiles se présentent avec des pseudos ou des avatars  pour piéger des enfants en ligne.

Ainsi d’Hugo qui, innocemment, croit se faire un nouvel ami de 9 ans en ligne alors qu’il s’agit d’un pédophile.

L’idée principale de la vidéo est donc d’alerter les enfants pour qu’ils se méfient à priori de ceux qui les interpellent directement sur Internet.

Pour préparer le visionnage de cette vidéo avec un ou plusieurs enfants :

  • Bien regarder la vidéo vous-même, plusieurs fois si nécessaire pour l’avoir bien en tête.
  • Préparer les messages que vous voulez faire passer en vous appuyant sur la vidéo :
    • Internet est comme une grande jungle où il y a des enfants sympas et des adultes qui peuvent être méchants et rusés.
    • Pour savoir à qui on a affaire, il faut que tu sois toi-même rusé et que tu m’en parles.
    • Le but est de prévenir l’enfant et non de l’effrayer en sachant que sur Internet il y a le pire et le meilleur.
  • Visionner la vidéo avec l’enfant puis reprendre certains aspects avec lui :
    • Qu’est-ce que tu penses de ce qui s’est passé ?
    • Est-ce que tu le savais que des adultes méchants utilisent Internet ?
    • Et toi, si ça arrive, qu’est-ce que tu fais ? Qu’est-ce qu’on fait ?

Drôle d’entraineur

Le monde du sport n’est malheureusement pas à l‘abri des pédophiles. Les entraîneurs ont la responsabilité d’enfant souvent jeunes et des moments hors contrôle existent dans les clubs notamment dans les vestiaires ou les douches.

Dans cette vidéo, l’entraineur attend que tout le monde soit parti pour agresser l’enfant sans défense. C’est un cas proche du réel.

L’idée principale de la vidéo est donc d’alerter les enfants pour qu’ils se méfient à priori de ces moments hors contrôle et de ceux qui proposent des choses étranges…

Pour préparer le visionnage de cette vidéo avec un ou plusieurs enfants :

  • Bien regarder la vidéo vous-même, plusieurs fois si nécessaire pour l’avoir bien en tête.
  • Préparer les messages que vous voulez faire passer en vous appuyant sur la vidéo :
    • En regardant bien, comment ça se passe dans ton club, ton haras, ta salle de danse ?
    • Le but est de prévenir l’enfant et non de l’effrayer.
  • Visionner la vidéo avec l’enfant puis reprendre certains aspects avec lui :
    • Qu’est-ce que tu penses de ce qui s’est passé ?
    • Est-ce que tu le savais que des adultes méchants peuvent agresser un enfant ?
    • Dans ton club, est-ce que cela peut arriver ? Si ça arrive, qu’est-ce que tu fais ?

Une remarque, une question, n’hésitez pas !